Diffusion, Nouvelles, Résidence

Les Champs Sonores Possibles

En diffusion…

+ 04-09-21 // 04-10-21 > Sur la vitrine sonore du centre d’art Sporobole (Sherbrooke).
+ 13-10-21 // 15-10-21 > Sur le dispositif ESSAIM de l’organisme Audiotopie, installé dans la cour intérieur de l’Usine C (Montréal), à l’occasion de la 17e édition et du 30e anniversaire du festival des musiques numériques immersives AKOUSMA.

// Les champs sonores possibles //

Le projet intitulé Les champs sonores possibles propose une expérience musicale d’esthétique ambient, où s’entrelacent ambiances sonores médiates et immédiates, incitant à la contemplation et à l’imagination de lieux possibles. Étant conçu pour une diffusion en continu dans un espace public extérieur, le projet s’inscrit dans une démarche d’écologie sonore et de design urbain : en exploitant des dispositifs numériques de diffusion sonore in situ – comme la vitrine sonore du centre d’art actuel Sporobole, ou encore, le système ESSAIM de l’organisme Audiotopie – l’artiste souhaite sensibiliser le public aux effets positifs d’un urbanisme intégrant la création sonore. Née d’une commande d’œuvre soulignant les 10 ans d’existence d’AudiotopieLes champs sonores possibles s’est finalement développé comme un projet continu, associant les paysages sonores d’espaces vacants ou peu fréquentés à ceux d’espaces publics transitoires, aménagés dans un milieu urbain spécifique. Le projet a pour but d’embellir un milieu urbain, tant pour les citoyens locaux que les visiteurs, en exploitant ses sonorités environnantes, qu’elle soient propres à son identité ou autrement sans intérêts, voire nuisibles, pour en faire une musique environnementale.

Diffusion, Nouvelles, Production

Anecdotes Vaguement Sonores

© Carole Lévesque

La balado produite par Carole Lévesque et David Ledoux est maintenant disponible en diffusion sur le site web du colloque Geste(s) Sans Bord, organisé par la Chaire de recherche en dramaturgie sonore de l’UQAC.

Radio Geste(s) Sans Bord est un colloque international de la Chaire de recherche du Canada en dramaturgie sonore au théâtre de l’Université du Québec à Chicoutimi. Regroupés en duos, nous avons invité praticien.nes et théoricien.nes de disciplines et culture différentes à s’approprier cet événement web à travers la création d’un balado “sonore”, parfois uniquement “visuel” ou totalement “hybride”, et ainsi de partager à leur manière leur(s)  geste(s) sans bord.

Anecdotes vaguement sonores (2021)

Anecdotes Vaguement Sonores
Traverser l’île de Montréal à pied, d’est en ouest, requiert un certain temps : 42 heures, pour être précis. Au fil de cette marche, qu’elle soit menée par pur plaisir ou, dans le cas qui nous concerne, dans un objectif d’observation et de documentation du paysage délaissé, des détours doivent être pris, des rencontres étonnantes surviennent, certaines sonorités nous accompagnent et ce paysage, qu’on définit habituellement comme étant vague et sans intérêt, se précise et se déploie de pas en pas. Tous les éléments sont pris en compte : les objets, les insectes, les plantes, les odeurs, les sons, les gens, les traces, les textures, les matériaux… Le temps de la marche permet de faire l’inventaire de ce paysage, comme si chacun de ses détails contenait en lui les indices nécessaires à la compréhension de ce qui produit ce paysage et de ce qui s’y produit. Raconter ces détails, telle une collection d’anecdotes, permet de mettre en paroles l’expérience directe et de la visiter à nouveau, plus tard, plus loin. Puisqu’il faut choisir les mots et mettre l’accent sur certains aspects, sur des détails du détail, raconter ces histoires leur dessine un contour particulier, et les entendre, dans une sonorité dont on se souvient vaguement, leur confère une nouvelle présence.

Anecdotes vaguement sonores est le fruit d’une rencontre entre l’exploration du terrain vague de Carole Lévesque et l’expérimentation sonore de David Ledoux. Alors que la première se remémore ce paysage montréalais, le second lui construit un nouvel univers dans lequel se déployer.

Carole Lévesque
Marcher, photographier, dessiner, cartographier : le travail de Carole Lévesque s’investit dans des démarches longues et lentes pour explorer les formes de représentation du territoire urbain, ses temporalités et ses usages. À Montréal ou ailleurs, ce sont les lieux délaissés, préservés à l’écart ou en ruine qu’elle préfère arpenter. Cofondatrice du Bureau d’étude de pratiques indisciplinées, les questions en marge, les détournements et le croisement des méthodes sont au cœur de ses investigations. Elle est professeure à l’École de design de l’UQAM, où elle enseigne la théorie et les pratiques du design.

David Ledoux
David Ledoux est un compositeur et créateur sonore résidant à Montréal (Québec, Canada) dont la pratique principale consiste à concevoir des musiques ou des environnements sonores spatialisés spécifiquement conçus pour des contextes de diffusion impliquant un grand nombre de haut-parleurs. Sur le plan esthétique, son approche consiste à construire des mondes sonores fictionnels à travers l’entrelacement constant d’éléments musicaux et extra-musicaux mis en espace – soit un cinéma pour l’oreille.

Ayant terminé une maîtrise en composition et création sonore sous la direction de Robert Normandeau, il a notamment reçu le prix Marcelle édition 2018, décerné par des membres du corps enseignant de la Faculté de musique de l’Université de Montréal, pour l’œuvre Cathédrales (2018), tandis que sa pièce Ville Aux Cent Clochers (2018) a reçu le 2e prix au concours JTTP 2018, remis par la Communauté électroacoustique canadienne (CEC). Ses œuvres furent présentées dans plusieurs événements internationaux, en Allemagne, en Italie, au Royaume-Uni (Angleterre, Pays de Galles et Irlande du Nord), en France, aux États-Unis ainsi qu’au Canada.

Nouvelles, Résidence

Deuxième semaine de résidence au centre d’art actuel Sporobole

Du 31 août au 4 septembre 2020, Ledoux poursuit sa seconde semaine de résidence au centre en art actuel Sporobole (Sherbrooke, Québec, Canada) et son travail sur le projet Les Champs Sonores Possibles, une commande de la coopérative d’artistes montréalaise Audiotopie pour ses 10 ans d’existence.

Les champs sonores possibles est un projet d’ameublement musical urbain, où s’entrelacent ambiances sonores médiates et immédiates, incitant les passants à imaginer des lieux possibles. Étant destiné à une diffusion spatialisée en continu dans un espace public extérieur, le projet s’inscrit dans une démarche d’écologie sonore et de design urbain : en exploitant des dispositifs numériques de diffusion sonore in situ, déployer dans un espace de/en transition, l’artiste espère faire croitre l’idée d’un urbanisme intégrant davantage l’art sonore. En associant les paysages sonores d’espaces vacants à ceux d’espaces publics, ou encore, en partageant les ambiances sonores entre deux villes bien distinctes, ce projet a également pour objectif d’embellir et offrir, à travers le son, une perception renouvelée d’un territoire, tant pour les citoyens locaux que les auditeurs distants.

Nouvelles, Résidence

Première semaine de résidence au centre d’art actuel Sporobole

Jusqu’au 21 février 2020, David entamera la première de deux semaines de résidence au centre en art actuel Sporobole, situé à Sherbrooke (Québec, Canada). Durant cette période Ledoux poursuivra son travail sur le projet Les Champs Sonores Possibles, œuvre commandée par la coopérative d’artistes montréalaise Audiotopie, qui célébrera cette année son 10ème anniversaire.

Les champs sonores possibles est un projet d’ameublement musical urbain, où s’entrelacent ambiances sonores médiates et immédiates, incitant les passants à imaginer des lieux possibles. Étant destiné à une diffusion spatialisée en continu dans un espace public extérieur, le projet s’inscrit dans une démarche d’écologie sonore et de design urbain : en exploitant des dispositifs numériques de diffusion sonore in situ, déployer dans un espace de/en transition, l’artiste espère faire croitre l’idée d’un urbanisme intégrant davantage l’art sonore. En associant les paysages sonores d’espaces vacants à ceux d’espaces publics, ou encore, en partageant les ambiances sonores entre deux villes bien distinctes, ce projet a également pour objectif d’embellir et offrir, à travers le son, une perception renouvelée d’un territoire, tant pour les citoyens locaux que les auditeurs distants.

Les premiers essais issu de ce projet seront diffusés durant le mois de juin 2020, sur le dispositif ESSAIM, conçu par Audiotopie, installé sur la Place Des-Fleurs-de-Macadame de l’avenue Mont-Royal (Montréal, Québec), ainsi que sur la Vitrine sonore du centre d’art Sporobole de la rue Albert (Sherbrooke).