Diffusion, Nouvelles, Résidence

Les Champs Sonores Possibles

En diffusion sur la vitrine sonore du centre d’art Sporobole (Sherbrooke) jusqu’au 04-10-21.

// Les champs sonores possibles //

Le projet intitulé Les champs sonores possibles propose une œuvre d’esthétique musicale ambient, où s’entrelacent ambiances sonores médiates et immédiates, afin d’offrir aux passants une expérience sonore incitant à la contemplation et à l’imagination de lieux possibles. Étant conçu pour une diffusion en continu dans un espace public extérieur, le projet s’inscrit dans une démarche d’écologie sonore et de design urbain : en exploitant des dispositifs numériques de diffusion sonore in situ, comme la vitrine sonore du centre d’art actuel Sporobole, l’artiste souhaite sensibiliser passants et citoyens aux effets positifs d’un urbanisme intégrant l’art sonore; en associant les paysages sonores d’espaces vacants à ceux d’espaces publics aménagés et en partageant ces ambiances entre deux villes, l’œuvre a pour objectif d’embellir et faire découvrir, à travers le son, les environs méconnus, inusités ou difficilement accessibles du territoire urbain québécois, tant pour les citoyens locaux que les visiteurs.

Nouvelles, Résidence

Deuxième semaine de résidence au centre d’art actuel Sporobole

Du 31 août au 4 septembre 2020, Ledoux poursuit sa seconde semaine de résidence au centre en art actuel Sporobole (Sherbrooke, Québec, Canada) et son travail sur le projet Les Champs Sonores Possibles, une commande de la coopérative d’artistes montréalaise Audiotopie pour ses 10 ans d’existence.

Les champs sonores possibles est un projet d’ameublement musical urbain, où s’entrelacent ambiances sonores médiates et immédiates, incitant les passants à imaginer des lieux possibles. Étant destiné à une diffusion spatialisée en continu dans un espace public extérieur, le projet s’inscrit dans une démarche d’écologie sonore et de design urbain : en exploitant des dispositifs numériques de diffusion sonore in situ, déployer dans un espace de/en transition, l’artiste espère faire croitre l’idée d’un urbanisme intégrant davantage l’art sonore. En associant les paysages sonores d’espaces vacants à ceux d’espaces publics, ou encore, en partageant les ambiances sonores entre deux villes bien distinctes, ce projet a également pour objectif d’embellir et offrir, à travers le son, une perception renouvelée d’un territoire, tant pour les citoyens locaux que les auditeurs distants.

Nouvelles, Résidence

Première semaine de résidence au centre d’art actuel Sporobole

Jusqu’au 21 février 2020, David entamera la première de deux semaines de résidence au centre en art actuel Sporobole, situé à Sherbrooke (Québec, Canada). Durant cette période Ledoux poursuivra son travail sur le projet Les Champs Sonores Possibles, œuvre commandée par la coopérative d’artistes montréalaise Audiotopie, qui célébrera cette année son 10ème anniversaire.

Les champs sonores possibles est un projet d’ameublement musical urbain, où s’entrelacent ambiances sonores médiates et immédiates, incitant les passants à imaginer des lieux possibles. Étant destiné à une diffusion spatialisée en continu dans un espace public extérieur, le projet s’inscrit dans une démarche d’écologie sonore et de design urbain : en exploitant des dispositifs numériques de diffusion sonore in situ, déployer dans un espace de/en transition, l’artiste espère faire croitre l’idée d’un urbanisme intégrant davantage l’art sonore. En associant les paysages sonores d’espaces vacants à ceux d’espaces publics, ou encore, en partageant les ambiances sonores entre deux villes bien distinctes, ce projet a également pour objectif d’embellir et offrir, à travers le son, une perception renouvelée d’un territoire, tant pour les citoyens locaux que les auditeurs distants.

Les premiers essais issu de ce projet seront diffusés durant le mois de juin 2020, sur le dispositif ESSAIM, conçu par Audiotopie, installé sur la Place Des-Fleurs-de-Macadame de l’avenue Mont-Royal (Montréal, Québec), ainsi que sur la Vitrine sonore du centre d’art Sporobole de la rue Albert (Sherbrooke).